Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site

La recolonisation du Bastan

L'épisode de crue qui a touché le département des Hautes-Pyrénées en juin 2013 a causé d'importants dégâts. Le Bastan a fait partie des rivières les plus impactées et sa population de Truites Fario avait été anéantie dans toute sa partie aval. Une occasion unique pour suivre sa "réinstallation".

La crue de 2013, un phénomène climatique violent

Le bassin versant du Bastan, affluent du Gave de Pau situé entre Tourmalet et Luz-Saint-Sauveur, a vécu en 2013 un traumatisme climatique : une crue centennale. Les épisodes particulièrement violents de cette crue ont causé d'importants dégâts, tant sur les infrastructures humaines que l'environnement ; les populations piscicoles en premier lieu. A la suite de cette crue, d’importants travaux (curage, déplacement du lit, stabilisation de berge) ont en outre été réalisés. Le peuplement piscicole du cours d’eau a ainsi été quasi-totalement anéanti par ces deux événements successifs.

Le Bastan et plusieurs de ses affluents étaient des milieux d’une grande richesse piscicole, abritant des populations de truites communes (Salmo trutta L.) abondantes avant la crue. Si les affluents ont également été impactés par la crue de juin 2013, les dommages y ont été moins importants que dans le Bastan lui-même. Ces affluents ont donc constitué des « réservoirs biologiques » potentiels pour la recolonisation du Bastan.

Cette situation présentait ainsi un cas très intéressant pour suivre un processus de recolonisation piscicole, notamment pour évaluer le rôle joué par les affluents via la dévalaison de leurs truites.
L’objectif de cette étude a été de suivre la recolonisation piscicole du Bastan et de ses affluents à travers l’évolution de deux indicateurs :
- les abondances de truites,
- la composition génétique des truites capturées dans le Bastan qui devrait permettre de connaître leur origine.

Ces indicateurs permettent de répondre à plusieurs interrogations :

  • A quelle vitesse la population de Truite Fario peut recoloniser le Bastan ?
  • Le Gave de Pau contribue-t-il à la recolonisation et à quel niveau ?
  • Les affluents participent-ils à la recolonisation du Bastan et à quel niveau ?
  • Y-a-t-il des interactions entre les populations de chaque affluent, du Bastan et du Gave de Pau, et à quel niveau ?
  • Quels sont les enjeux environnementaux qui conditionnent la recolonisation du Bastan ?

Les indices d'abondance

Afin de suivre la dynamique de repeuplement naturel du Bastan par les truites, la Fédération a réalisé des pêches à l'électricité sur 13 secteurs répartis sur le bassin versant pendant cinq ans. Cette méthode, qui consiste à capturer les truites vivantes, avait pour but de recenser leur nombre et leur taille. L'analyse des résultats obtenus sur les cinq années passées a mis en évidence une évolution quantitative du nombre de truites année après année mais également qualitative, grâce à l'étude de leur âge. Ce qu'il faut retenir de ces résultats c'est :

  • Le Gave de Pau et/ou les affluents ont contribué à la recolonisation du Bastan
  • Le recrutement en juvéniles a été relativement bon et a contribué à la recolonisation du Bastan
  • La vitesse de recolonisation, plutôt rapide, met en évidence la résilience des populations de truite, c'est-à-dire la capacité de la population à se reconstruire après ce phénomène

Les suivis de la recolonisation du Bastan

L'analyse génétique

Les truites recolonisent bien le Bastan et les affluents mais les pêches à l'électricité ne permettent pas de définir l'origine des truites. C'est pour cela que des prélèvements génétiques ont été réalisés. Grâce aux techniques génétiques d'analyse ADN, il a été possible de savoir d'où provenaient les truites qui ont recolonisé le Bastan.

Ce qu'il faut en retirer

Ce suivi de la recolonisation piscicole du Bastan a permis de mieux connaître les capacités des populations de truites à réagir à un phénomène décimant la population, d'une part, et la manière dont elles ont recolonisé le bassin versant, d'autre part. Il a également mis en évidence les interactions entre les différentes populations.

La continuité écologique

A l'échelle du bassin versant, la recolonisation du Bastan est le résultat d'un ensemble de facteurs autres que piscicoles. Sachant qu'il existe un lien écologique entre les rivières, leurs affluents et les confluents, les résultats de ce suivi permettent d'appuyer l'intérêt de conserver la continuité écologique, qui comprend :

  • La libre circulation de l'eau
  • La libre circulation des sédiments
  • La libre circulation piscicole

La rupture de la continuité écologique peut être naturelle, mais également artificielle, causée par l'installation d'infrastructures humaines comme les barrages, les centrales hydroélectriques ou la canalisation des cours d'eau en ville. Ces infrastructures déséquilibrent le fonctionnement naturel du cours d'eau et bouleversent la continuité écologique et, par conséquent, la vie du cours d'eau. Le Bastan est relativement préservé et la continuité écologique avec ses affluents et son confluent est fonctionnelle. Ce premier facteur a eu un rôle déterminant dans le processus mécanique/physique de recolonisation piscicole du Bastan et les truites ont pu se déplacer et migrer naturellement sur l'ensemble du bassin versant sans obstacle pouvant ralentir ou stopper leur migration, et ce aussi bien par la montaison du Gave de Pau que la dévalaison des affluents.

Les réservoirs biologiques

La notion de réservoir biologique est un terme qui désigne une zone au sein de laquelle on retrouve un "noyau de biodiversité" permettant l'accomplissement du cycle biologique d'une ou plusieurs espèce(s). Ces zones jouent le rôle de pépinière/nurserie et de source colonisatrice pour le maintien de l'espèce vers les zones amont et/ou aval pauvres ou impactées.

Dans notre cas, le Bastan a subit une perte quasi-totale de sa population de truites mais certains affluents n'ont été impactés que partiellement. L'étude génétique a démontré l'importance des affluents dans le processus de recolonisation mettant en avant leur rôle de réservoir biologique pour l'ensemble de la population du Bastan. L'intérêt de préserver l'ensemble du réseau hydrographique, aussi petit soit-il, est l'un des enjeux qui vise à faire face au déclin des populations de truites et à l'érosion de la biodiversité d'une manière générale.

Télécharger l'étude :